Agenda cliquez ici
Ecrivien


Claude Nougaro et Bernard Lubat Suggérer par mail
dec._21_huma_.jpgClaude Nougaro et Bernard Lubat par Christian Laborde (écrivain)


Claude Nougaro est le plus grand chanteur français de tous les temps. Il raconte les plus belles histoires et, pour les raconter, il use des mots les plus beaux.
Les mots les plus beaux, il les trouve sagement alignés dans les colonnes des dicos, scintillants, immobiles comme des poissons qui dorment. Dico—dico par—ci, dico—dico par—là, Claude, les dicos, il aime ça. Comme l’eau, Mimi Cracra. Les mots, parfois, il les ramasse dans le caniveau et dans un drôle d’état, à minuit, quand la pluie fait des claquettes sur le trottoir. Il s’arrête, admire, applaudit. Il est son chapeau claque, son queue—de—pie vertical, son sourire de nacre, sa pointure de cristal.

Les plus beaux mots pour les plus belles histoires car, Claude, de ville en ville, de scène en scène, célèbre sur les planches, devant nous, des mariages inouïs une pendule. Celui d’un coq et d’une pendule

" Dans une ferme du Poitou
Un coq aimait une pendule
De l’aube jusqu’ au crépuscule
Et même la nuit comme un hibou
L’amour le rendant coqtambule
Des cocoricos plein le cou
Le coq révait à sa pendule
Du Poitou »


Si Claude Nougaro est devenu le plus grand chanteur français de tous les temps, c’est aussi parce qu’il était accompagné par le plus grand batteur de tous les temps: Bernard Lubat. Nougaro, c’est la percussion. Et la percussion, c’est Lubat. Lubat, les linguistes le savent, est la forme gasconne et contractée de batterie, un patronyme qu’on croise le long de ces interminables lignes droites qui sillonnent la forêt landaise et mènent à l’ océan, à des plages qui, avant d’être celles des touristes, furent celles des naufrageurs. Lubat est également la forme archaïco—gasconne de Lubie. Bernard Lubat, c’est Bernard Lubie. Nougaro et Lubat ont associé leurs lubies, leur folie, leur déraison, leurs visions. La première fois que Lubat a entendu Claude, il s’est écrié: « On a le droit le faire Ça!» Alors, le « ça » en question, ils l’ont fait ensemble, lubat laissant le tambour parler, Claude continuant de taire sienne la phrase (le Breton: «Après toi, mon beau langage ! »

Porté par la batterie de Lubat, traversé par les mots les plus vagabonds, Chaude est devenu un danseur, le corps tout entier. s’emparant des planches, la chorégraphie cessant d’être savante, devenant primitive, incantatoire.


Claude Nougaro n’a pas de descendance. Il est une parenthèse somptueuse dans le grand livre de la chanson française. Une parenthèse qui fait de l’ombre à toutes les phrases.



 
Lubat, lion indomptable de l’improvisation Suggérer par mail

Entretien avec Fara C.
Vendredi, 17 Avril, 2015
L'Humanité
Bernard Lubat : « Je conclurai notre séjour à l’Européen par un solo où, précisément, je vais parler, jouer, déjouer de mes instruments, des mots, de la pensée. »
La Cie Lubat investit le théâtre l’Européen, à Paris, durant quatre jours, 
avec Richard Bohringer, Michel Portal et les jeunes musiciens d’Uzeste. Pour une musique avec de la pensée et résolument sans papiers.

N’est-ce pas l’esprit d’Uzeste musical qui, durant quatre jours, se déplace à l’Européen ?

Bernard Lubat Oui, nous avons envie d’apporter l’air d’Uzeste à Paris, avec la 
Cie Lubat, Michel Portal, Richard Bohringer, de jeunes musiciens d’Uzeste, pour un échange entre générations, pour la liberté, la fraternité, la quête de l’imaginaire. Stravinski a dit : « Nous avons le devoir d’inventer la musique », et d’inventer la vie, ajouterai-je. Parmi nos invités, il y a aura Michel Portal, un inventeur permanent, Richard Bohringer, poète diseur de lui-même, un peu comme Claude Nougaro et Allain Leprest. Ces artistes sont des exemples pour les jeunes. Mon fils, Louis, et ses collègues ont monté à Bordeaux une association, le Parti collectif, ou PC. On le retrouvera à l’Européen avec le bassiste Jules Rousseau, le guitariste Thomas Boudé et la Cie Lubat, mardi 21 avril, pour la soirée intitulée Mosicans.

 

Qu’est-ce qui vous touche le plus chez Richard Bohringer ?

Bernard Lubat Son sens profond du blues. Richard est un bluesman de la parole. Nous nous rencontrons assez souvent durant l’année. Quant à Michel Portal, mon fils et moi allons nous livrer avec lui à l’improvisation totale, jouer une musique sans papiers…

 

Comment préservez-vous l’énergie de sans cesse tout recommencer, réinventer ?

Bernard Lubat Grâce à la rencontre. Je cherche le différent. Nous devrions tous jouer avec nos différences, et non pas nous transformer en identique, en meute, comme le veut le système, l’industrie du disque, véritable moulin à vendre. De la soi-disant musique est déversée partout, dans les parkings, les aéroports, les grandes surfaces… En réalité, c’est de l’exploitation sonore, à laquelle l’industrie triomphante essaie de nous plier. Un nombre croissant de gens ne savent plus ce qu’est la musique en vrai, celle que l’on écoute en direct, la musique non pas rabâchée mais en mouvement et s’inventant au fur et à démesure. Je conclurai notre séjour à l’Européen par un solo où, précisément, je vais parler, jouer, déjouer de mes instruments, des mots, de la pensée.

 

Les documentaires sur Uzeste musical et ses forces vives ont une belle place dans la programmation…

Bernard Lubat Tout à fait. Sera projeté, notamment, le film de Laure Duthilleul Lubat père et fils, sur notre fils, Louis, et moi. Louis et ses amis musiciens ont du talent, de l’intelligence, du courage. Si j’ai toujours envie de continuer Uzeste musical, à mon âge, c’est que cette jeunesse debout m’inspire. Ces films et les autres à l’affiche de l’Européen mettent en évidence la démarche qui a toujours habité Uzeste musical. Le festival a été fondé en 1978, comme Jazz In Marciac, soit un an après le Printemps de Bourges. Nous avons voulu grandir, mais surtout ne pas grossir. Nous nous reconnaissons dans la phrase du philosophe Martin Heidegger : « L’origine est devant nous. » Il faut aller de l’avant. Avec cinq musiciens de la Cie Lubat, nous jouerons nos chansons enjazzées lors du prochain Jazz In Marciac, à la Strada. Il y aura entre autres mon alter ego uzestois, Fabrice Vieira, à la guitare et au chant. L’improvisation nous permet de prendre le périlleux chemin de l’autonomie.

 

Que pensez-vous de la tournure que prend la grève à Radio France ?

Bernard Lubat La grève n’est pas bien vue dans le showbiz. C’est le cynisme des nantis, une insulte au service public, qu’ils cherchent à disloquer partout. Or le service public est un des rares liens qui restent dans les campagnes, les petites communes, les zones sinistrées. J’ai lu dans l’Huma qu’une centaine de festivals ont été supprimés en 2015. C’est effrayant, ça frappe, des festivals qui ne font pas de l’animation électoraliste mais de l’éducation à la sensibilité. À l’Européen, comme à Uzeste, nous rétorquons à l’industrie du non-savoir.

Du 19 au 22 avril, l’Uzestival de la Cie Lubat 
au théâtre l’Européen, Paris.
 Et aussi : le 12 août, la Cie Lubat à Jazz
In Marciac ; du 14 au 22 août, 38e Uzeste musical ; le 25 août, Bernard Lubat 
au festival les Inattendues à Mons (Belgique), dans le cadre de Mons, capitale européenne de la culture.

La vertigineuse épopée d’Uzeste musical. À côté des cinq concerts de la Cie Lubat – avec Richard Bohringer, Michel Portal… –, six documentaires retracent l’épopée du festival Uzeste musical de 1985 à 2015. Le documentaire de Laure Duthilleul "Lubat père et fils" (19 avril, 19 h 30) traite admirablement de la transmission opérée au fil des ans par Bernard à Louis. Il sera précédé, à 15 heures, du documentaire réalisé trente ans avant par Richard Copans, "Lubat musique, père et fils" (1985).
 
Entretien avec Bernard Lubat Suggérer par mail

Bernard Lubat : « Aujourd’hui le rock’n’roll, ce sont des faux rebelles et des vrais cocus »

Multi-instrumentiste, jazzman, créateur du festival d’Uzeste et scateur de renom, Bernard Lubat détonne dans le milieu du jazz pour son franc-parler, et sa critique acerbe de la société actuelle. Reconnu pour son talent, parfois critiqué pour ses coups de gueule intempestifs, Bernard Lubat est un musicien conscient, un jazzman engagé. Nous l’avons rencontré cet été dans son univers, à l’occasion du festival Musicalarue de Luxey, un village des Landes qu’il fréquente depuis son enfance. Entretien de Thomas Belet

img_9466-cdb07-02436.jpg



Bernard Lubat bonjour, ou peut-être devrais-je dire Monsieur le commandeur requis de l’ordre de la grande gidouille dans le collège de pataphysique. Entre vos multiples casquettes, comment vous définiriez-vous ?

Et patati, et pataphysique. Vous savez, j’ai jamais su choisir entre le sérieux et le pas sérieux. Si je devais me définir ? En fait je ne me définirais surtout pas : pas d’étiquette, pas d’identité révélée, que du devenir, de l’inconnu, de la transformation du souci en souci de la transformation.
Pourtant, de l’identité vous devez en avoir quand on sait le rapport que vous entretenez avec votre ville d’Uzeste ?
Au final, personne ne sait vraiment ce qu’est l’identité. On ne fait que nous rabâcher cette notion en y mettant un peu ce qu’on veut. De toute façon, l’identité n’est pas quelque chose d’arrêtée, de fixe. C’est un cliché à un instant T. Au final la planète est une communauté universelle, le reste n’est qu’une question de cultures. (...)

Lire en PDF L'entretien de Thomas Bele

L'entretien sur le site Friture.mag

 


 

Lire la suite...
 
Chronique d'entre 2 tours Suggérer par mail
Du 23 au 27 avril, Bernard Lubat était "L'invité de la semaine" du journal L'Humanité.
En cette semaine d'entre 2 tours de l'Élection présidentielle 2012, il s'est plié à l'exercice...un texte par jour  :

 
De quoi le jazz est-il le nom ? Suggérer par mail
de_quoi_le_jazz_est-il_le_nom.jpg
* Une contribution de Philipppe Carle dans le blog de Jazz mag
http://www.jazzmagazine.com/index.php?option=com_fireboard&Itemid=8&func=view&catid=14&id=2205
* "Ordre et improvisation" contribution de Jean-Michel Lucas /Doc Kasimir Bisou. Lire en pdf
* "Le jazz est une négritude dépassée" interview d'Edouard Glissant par Jacques Denis pour Jazzman Juillet/Août 2009. Lire en pdf

 
Bernard Lubat passe à table Suggérer par mail
lubat-passe--table.jpgLubat, on ne le refera pas. On le prend, on l'écoute avec ses mille mots et notes d'alchimiste iconoclaste. Qu'il parle du jazz qui tape, des phrases qui cognent, de politique ou de poétique, des ses fantasmes ou désirs d'improvisation à tout va. De Paris à Uzeste il scatte sur tout à propos de rien. Bernard Lubat ne boit plus, ne fume plus, mais ne baisse pas la garde. Il avoue son plaisir à se resservir des baguettes. Dans un restaurant gascon (évidemment) de la capitale au nom évocateur, la Cocotte, il jouit plus que jamais d'être un... bâtard de jazz.
Par Robert Latxague, pour Jazz magazine, Avril 2011

Lire l'intégralité de l'interview en PDF
 
"Improvisions d'avenir" Suggérer par mail
lubat-doutant.jpg"Improviser, c'est s'improviser,
c'est donner conscience au soi doutant de soi "
Bernard Lubat
Dans un entretien, réalisé par Marie-José Sirach pour le journal L'Humanité, à l'occassion de "l'Uzestival de Printemps", Bernard Lubat selfs'plique  sur la musique de composition mult'immédiate instantanée.

Lire l'entretien en PDF : Improvisions d'avenir
 
Identité(s) Improvision(s) et Supermarché Suggérer par mail
L'Hestejada dé las Arts d'Uzeste Musical, du 17 au 22 août 2010, avait pour théme "Identité(s) Improvision(s) et Supermarché.
Monique Chemillier-Gendreau (juriste internationale, professeur émérite à l'Université Paris VII Denis Diderot) est intervenue, à cette occasion, sur le problème de l'identité, lors d'une conférence qu'elle a intitulé "Exaltation de l'identité ou comment l'on détruit les possibilités d'une communauté politique"

"La création hideuse d’un Ministère de l’identité nationale et de l’immigration et les débordements récents relatifs au retrait de la nationalité ont soulevé une certaine indignation et cela, jusque dans le camp de la majorité parmi le groupe que l’on désigne comme la droite républicaine. Et sans doute vous attendez-vous à ce que je m’engouffre dans cette voie. Certes, je partage cette indignation. Toutefois, je voudrais poser le problème autrement. Je pense en effet que cette politique menace la cohésion de la communauté politique. Mais il est nécessaire de poser en termes plus larges cette question de la communauté politique. Nous verrons alors que ce discours, si critiquable, sur l’identité nationale sert de premier échelon à un discours plus général et tout aussi dangereux qui est le discours sécuritaire. Dans ce dernier, on passe de l’identité à des processus d’identification par lesquels certains se donnent le pouvoir de définir l’identité supposée de ceux qu’ils considèrent comme dangereux parce qu’on les déclare susceptibles de commettre des crimes sexuels ou des attentats terroristes. Et ce discours sécuritaire entraîne des dérives policières de plus en plus accentuées.
Nous devons donc aller de la dénonciation et de l’analyse du premier discours, celui sur l’identité nationale, à la dénonciation et l’analyse du second, le discours sécuritaire général pour prendre la mesure de ce qui nous menace. (....)"

pdf Lire en PDF, l'intégralité de la conférence
 
Séminaire "Modélisation des savoirs musicaux" Suggérer par mail
2-bl-poster.jpgTranscription de l'intervention de Bernard Lubat au séminaire de Marc Chemillier
« Modélisation des savoirs musicaux relevant de l'oralité »  qui a eu lieu à l'EHESS le mercredi 12 mai 2010.
...Bernard Lubat - Je vais parler du rythme, parce que c'est le point de départ et le point d'arrivée. Le rythme, c'est la danse, c'est la narration de l'heureux-bondi. C'est un rebondi qui ne rebondit jamais toujours pareil. C'est régulier, mais c'est comme dans l'écriture quand on écrivait avec la plume, il y a les pleins et les déliés, ce n'est pas régulier. C'est comme jouer du piano, vous avez les doigts qui ne sont pas réguliers, qui n'ont pas le même poids, donc on peut articuler une mise en place très précise, mais avec un son différent. Donc ce n'est pas égal. Ça commence comme ça, le rythme, c'est inégal et c'est l'indépendance des membres, donc c'est politique si l'on veut, parce que si c'était la dépendance des membres, c'est qu'on serait tous liés, alors là on est cuits (ce fameux lien social que je ne trouve pas que positif)...

Lire l'intégralité de l'intervention

Vidéos de la conférence
 
Colloque Improvisation "Ordre et désordre" Suggérer par mail
Texte de l'intervention de Bernard Lubat au colloque "Improvisation : ordre et désordre", janvier 2009, festival Sons d'Hiver

Lire l'intervention en pdf
 
<< Début < Précédente 1 2 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 10 sur 11